Le monde est rond

spectacle

D’après Gertrude Stein

Mise en scène : Xavier Marchand

Avec : Maïté Maillé, Hubertus Biermann

Lumière : Marie Vincent

Photographies : Lionel Fourneaux, Jean-Pierre Duvivier et Monique Rubinel / Enguerand

Création 1989 : Théâtre des Bernardines (Marseille)

Tournée 1989/90 : TGP de Saint Denis, Théâtre 140 de Bruxelles, Le Cargo CDN de Grenoble, Théâtre du Grütli à Genève, La Coursive Scène Nationale (La Rochelle)
Tournée 1998 : Massalia Théâtre (Marseille), Théâtre des Quatre Saisons (Le Revest)

« Un petit livre de lecture destiné aux enfants et aux philosophes »

Vous êtes cette américaine que d’aucuns disent un tantinet toquée. Ecrivain, vos amis peintres sont Picasso, Picabia, Matisse ou Juan Gris ; le premier a la révélation du cubisme en peignant votre portrait. Votre style s’y apparente.

Vos recherches vont de l’écriture automatique aux rythmes du monde visible, en passant par les recettes d’interminables plats. Vous composez les paragraphes comme de la musique, boggie woogie, staccato, legato, la pluie martelant les toits.

Votre caniche s’appelle Basket et Pauline votre vieille bagnole, Alice est la compagne de toujours. Vous éveillez la fantaisie. Vous enchantez, entre tant d’autres, un petit livre :

Une petite fille s’interroge, une petite fille nommée Rose, s’interroge sur la rotondité
« Rose est une Rose est une Rose est une Rose » s’interroge sur son identité.

Langage enfantin, précis, rythmique. Elle escalade une montagne, une chaise bleue dans les bras ; bleue est sa couleur préférée. « Mais aurait-elle été, elle en pleurait souvent, aurait-elle été Rose, si son nom n’avait pas été Rose ? »

« Arrivée là, sur le sommet, Rose s’assoit sur sa chaise et se met à chanter, à chanter qu’elle est là, là, là, juste et simplement là, tandis que le jour tombe et la nuit avec le rideau »

Vous dédiez « To Rose Lucy Renée Anne d’Aiguy, a french rose » de neuf ans et signez Gertrude Stein.