Ponce Pilate, création saison 2017- 2018

spectacle

Nouvelle création de Lanicolacheur
D’après Ponce Pilate de Roger Caillois © Editions Gallimard

Adaptation et mise en scène : Xavier Marchand
Marionnettes : Paulo Duarte, Mirjam Ellenbroek
Scénographie : Julie Maret
Création vidéo : Jérémie Terris
Avec : Mirjam Ellenbroek, marionnettiste
et 4 comédiens manipulateurs :
Sylvain Blanchard
Gustavo Frigerio
Noël Casale
Guillaume Michelet
Assistante à la mise en scène : Olivia Burton
Costumes : Manon Gesbert
Lumière : Julia Grand
Régie générale : Julien Frenois

Production déléguée : Cie Lanicolacheur
Co-production : MC 93 de Bobigny
avec le partenariat de King’s Fountain et le soutien du Pôle Arts de la Scène, Friche Belle de Mai - Marseille et de la Spedidam et celui du Théâtre la Licorne-Dunkerque et de la MC93 dans le cadre des résidences de création. Le décor est construit dans les ateliers de la MC93.

Création du 4 au 15 septembre à la MC93 - Bobigny,
du 25 septembre au 13 octobre au Théâtre la Licorne - Dunkerque
du 23 octobre au 7 novembre à la MC93 - Bobigny

REPRESENTATIONS
DU 8 AU 18 NOVEMBRE - MC93 - BOBIGNY
LE 1er DECEMBRE - THÉÂTRE LE SÉMAPHORE - PORT-DE-BOUC
DU 25 AU 28 JANVIER - THÉÂTRE JOLIETTE-MINOTERIE - MARSEILLE
DU 1ER EU 3 FEVRIER - THEÂTRE LIBERTE - TOULON

Jésus doit-il vivre ou mourir ? C’est à Ponce Pilate d’en décider. Adaptant le récit éponyme de Roger Caillois, Xavier Marchand convoque marionnettes et comédiens-manipulateurs pour éclairer, tout en actualité, le débat intérieur du procureur de Judée.

Loin de s’en laver les mains, Pilate jette tout son esprit dans l’épineuse question qui lui est soumise. Sous son crâne se forme progressivement une tempête, qui nous entraîne dans un flot édifiant de considérations éthiques et politiques. Qu’est-ce qu’être juste, responsable, courageux ?

Entre avancées et atermoiements, journée d’audition et nuit d’insomnie, le théâtre de Xavier Marchand épouse le cheminement intellectuel de Pilate. Dans une langue simple et ciselée, une approche à la fois sensible et distanciée, il nous rappelle à l’essentiel : la complexité de la pensée. Jusqu’à la décision finale du romain, qui pourrait bien changer le visage de l’humanité.